E-mail : secretariatophtalmoparc@hotmail.fr
  Contact : 05 61 36 65 10

La cornée

La cornée est un tissu circulaire transparent constituant le hublot de l’œil. C’est à travers de la cornée que passe le rayon lumineux. La cornée est résistante et possède un rôle optique pour permettre la convergence vers la rétine du faisceau lumineux. La cornée a une épaisseur centrale moyenne de 550 µ et de 750 µ en périphérie mais celle-ci varie selon les ethnies et par exemple le chiffre est sensiblement plus bas en Afrique. La cornée n’a pas de vascularisation et elle se nourrit et respire à partir de tissus voisins. Les larmes baignent en permanence la partie vers l’extérieur ce qui permet de la conserver humide et claire. Afin de conserver sa transparence, la cornée, principale tissu optique de l‘œil, doit maintenir une hydratation inférieure à 80 % d’eau/mg de tissu.

la-cornee-_-clinique-de-la-vision-lasik-laser-ophta-sud-_-clinique-du-parc

La cornée est dans sa plus grande partie composée d’un stroma collagène robuste compris de chaque côté entre deux couches très fines : à l’extérieur : l’épithélium et en dessous la membrane de Bowman, du côté interne l’endothélium séparé du stroma par la membrane descemet. Seul l’épithélium connaît un renouvellement régulier.

La cornée est un tissu fait essentiellement de collagène, d’eau et de cellules, qui est le prolongement en avant de la sclérotique, dont elle ne diffère que par sa transparence. Elle a la forme d’une ellipse de 12 mm d’axe horizontal et de 11 mm d’axe vertical. Une couche centrale de tissu conjonctif, le stroma, cornéen, représente 90 % de l’épaisseur de la cornée.
À l’avant du stroma, un épithélium compact et pavimenteux minimise l’entrée d’eau dans le stroma.
À l’arrière du stroma, une couche de cellules, l’endothélium cornéen, est responsable du contrôle de l’hydratation du tissu.
En effet, du travail considérable qu’effectue l’endothélium, résulte un déplacement d’eau, puisqu’il contient de petites pompes qui contribuent à déplacer l’eau hors de la cornée. La cornée n’a pas de vaisseaux nourriciers directs, la vascularisation s’arrête à son contour zone nommée le limbe cornéen. La nutrition et l’oxygénation de la cornée se fait donc par échanges métaboliques et physiques avec les milieux de son environnement : l’humeur aqueuse en arrière et l’air ambiant en avant. Ceci explique qu’une cornée ne saigne pas et que les opérations la concernant ne nécessite pas d’interrompre les traitements généraux modifiant les propriétés sanguines.